Tenue de la 2ème édition de l’« Industry Meeting Day »

Tenue de la 2ème édition de l’« Industry Meeting Day »

Le 11 Mai 2018 le CRI de Souss Massa a pris part à la 2e édition de l’ « Industry Meeting Day, organisé par le magazine Industrie du Maroc à Casablanca. 1 500 participants et 30 intervenants de haut niveau étaient attendus pour cette rencontre d’affaires dédiée à l’industrie, à l’investissement et à l’innovation marocaine.

le programme de cette rencontre comprenait des conférences et des tables rondes portant sur des thématiques variées telles que l’accompagnement des industriels en matière de financement de recherche et de formation, la joint-venture comme modèle de développement pour l’industrie marocaine ou encore la mutation numérique du secteur. Parmi les temps fort de la journée, la présentation de G. Michel Lester représentant de la NASA (Technology Transfer Office Kennedy Space Center) sur le thème « Création de la richesse à travers la commercialisation des brevets déposés par la NASA ».

La rencontre a vu également la présence de M. Moulay Hafid Elalamy, Ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Économie Numérique qui a rappelé lors de son intervention, les enjeux de la Régionalisation avancée et son impact sur la stratégie industrielle du Royaume.

Mustapha Bakkoury, Président du Conseil Régional de Casablanca-Settat et Président de MASEN, a quant à lui souligné qu’il existe, au niveau industriel, de nombreux potentiels inexploités dans les régions marocaines. et que les régionsdevraient mieux utiliser ses infrastructures, et mieux planifier et optimiser ses moyens.

L’« Industry Meeting Day » s’est conclue par le lancement officiel d’IDM Business TV, la nouvelle Web TV dédiée à l’industrie, l’investissement et à l’innovation au Maroc et créée par le magazine Industrie du Maroc.

 

Agadir accueille le 3ème congrès arabe sur les petits projets et les familles productives en tant que levier de développement

Agadir accueille le 3ème congrès arabe sur les petits projets et les familles productives en tant que levier de développement

Les travaux du 3ème congrès arabe sur les petits projets et les familles productives en tant que levier de développement, ont débuté mardi à Agadir, avec la participation d’un grand nombre de responsables, élus, experts, universitaires et représentants d’institutions financières et d’organisations associatives du Maroc et de l’étranger.

Placé sous le thème du rôle des municipalités, des secteurs public et privé et de la société civile dans la réussite des petits projets, ce conclave de trois jours est initié par la Direction générale des collectivités territoriales relevant du ministère de l’Intérieur, en coordination et coopération avec l’Institut arabe pour le développement des villes, l’Association des régions du Maroc, ainsi que la Wilaya de la région Souss-Massa.

Les crises socio-économiques dont pâtissent les villes à travers le monde des suites de l’explosion démographique, l’émigration, le chômage et le recul des investissements, affectent particulièrement les jeunes en quête d’emploi et d’opportunités pour lancer leurs propres projets et entrainent une réduction de la protection sociale, une baisse des revenus et une progression du chômage, indiquent-t-on à l’ouverture de la rencontre, d’où l’importance du rôle des instances publiques et privées pour renforcer les capacités des individus, améliorer le niveau de la productivité à travers des projets, petits et moyens, pour réduire la précarité, assurer l’emploi et l’accès aux services.

« Le développement de nouvelles méthodes pour l’amélioration de la production et la diversification des investissements à travers des initiatives novatrices s’avèrent nécessaires », selon des intervenants lors de la séance inaugurale de ce congrès appelés à faire le point sur les législations, les politiques et les procédures administratives portant sur les petits projets, les mécanismes nouveaux pour le développement des services financiers propres à ces petits projets et aux familles productives, les moyens de mobiliser les ressources du Waqf et de la Zakat à cet effet, la présentation de modèles réussis de projets novateurs aux niveaux local et régional, ainsi que la promotion de l’esprit d’initiative et de créativité chez les jeunes pour lancer leurs propres projets.

Dans une déclaration à la presse, le directeur général-adjoint de l’Institut arabe pour le développement des villes, Ahmed Attouijri, a souligné que la population arabe dépasse aujourd’hui les 300 millions ce qui se ressent sur le taux chômage qui est en hausse et des opportunités d’emploi en régression.

Lors du congrès d’Agadir, qui se tient après des éditions à Koweït en 2015 et Amman en 2017, les participants auront à explorer, a-t-il dit, les moyens novateurs à même de promouvoir les petits projets et les familles productives pour en faire un levier de développement et un outil pour améliorer leurs conditions de vie.

Evoquant le cas du Maroc, il a estimé que le Royaume est riche par ses ressources notamment dans des secteurs comme l’Agriculture et la pêche qui offrent des opportunités d’emplois aux jeunes, soulignant l’importance d’accompagner le développement des petits projets.

« Aujourd’hui, la question qui se pose est de trouver les moyens d’amener les institutions bancaires à soutenir ces projets par des crédits à taux réduits ou des subventions selon un calendrier qui garantisse la pérennité de ces projets qui reste l’enjeu majeur pour améliorer les conditions de vie de ces populations et du pays en général », a ajouté M. Attouijri.

La cérémonie d’ouverture de ce congrès a eu lieu en présence notamment du Wali de la région Souss-Massa, Ahmed Hajji, du président du conseil régional, Brahim Hafidi, du gouverneur coordinateur de l’Initiative nationale de développement humain (INDH), Nadira Guermaï, du gouverneur directeur de la formation des cadres, Abdelouahab El Jabri, ainsi que des maires et élus en provenance de différents pays arabes.

MAP-10/04/2018

 

 

Participation du CRI Souss Massa à l’Annuel Investment Meeting Dubai 2018

Participation du CRI Souss Massa à l’Annuel Investment Meeting Dubai 2018

Du 09 au 11 Avril 2018, le CRI de Souss Massa a pris part aux travaux de la huitième édition de l’Annual Investment Meeting Dubai 2018, organisé par le Ministère de l’Economie des Emirats Arabe Unis au Centre International de Convention et d’Exposition de Dubaï.

Cette nouvelle édition placée sous le thème « Lier les économies développées et émergentes à travers l’IDE : Partenariats pour une croissance inclusive et un développement durable », a représenté une occasion d’envergure pour mieux faire connaitre le potentiel économique du Maroc et ses régions, et nouer des relations de partenariat et d’échange élargie, pour appréhender les nouvelles tendances de l’investissement dans le monde.

L’Annuel Investment Meeting Dubai 2018 a offert à la délégation marocaine cette année, un espace d’exposition, d’intervention et un calendrier de réunion B2B/B2G avec des investisseurs institutionnels, des fonds d’investissement et des groupes privés cherchant à placer leurs capitaux dans des projets fiables.

En plus l’Agence Marocaine de Développement des Investissements et des Exportations (AMDIE), la délégation marocaine a été composée cette année, des représentants des Centres régionaux d’investissement, des Agences de développement économique et social, des institutions gouvernementales, ainsi que des hommes d’affaires.

L’Annuel Investment Meeting, réunit chaque années plus de 3.000 personnalités du monde des affaires, experts internationaux et hauts responsables gouvernementaux de plus de 100 pays, et constitue une plateforme de rencontre et d’échange complètement dédié à la promotion de l’investissement.

213 projets approuvés pour 17,9 MMDH à Souss-Massa en 2017

213 projets approuvés pour 17,9 MMDH à Souss-Massa en 2017

Quelque 213 projets d’investissement ont été approuvés dans la région de Souss-Massa durant l’année 2017 pour un montant global de l’ordre de 17,9 milliards de DH (MMDH).

Ces projets permettront la création de près de 12.793 opportunités d’emplois, indique le Centre régional d’investissement (CRI) dans un communiqué parvenu à la MAP.

Par rapport à 2016, l’année passée a enregistré une augmentation significative de 491% en terme de montant d’investissement validé et de près de 4% en ce qui concerne le nombre de projets ayant reçu un avis favorable, relève la même source qui fait état aussi d’une évolution de 153,7% du nombre de postes d’emploi à générer.

La répartition territoriale des investissements approuvés montre que la préfecture d’Agadir-Ida Outanane reste la principale destination des investissements au niveau régional.

Durant l’année écoulée, elle a ainsi concentré 63% des projets traités favorablement avec une enveloppe d’investissement qui dépasse 11 MMDH, soit 62% des investissements injectés dans la région de Souss-Massa.

En termes d’emplois à créer, la préfecture d’Agadir-Ida Outanane concentre aussi 71% des opportunités d’emplois dans la région, soit plus de 9.000 postes.

Par ailleurs, la ventilation sectorielle des projets d’investissement fait ressortir une domination du secteur du tourisme (37,39%), suivi des services (29,43%), du BTP (25,39%) et de l’industrie (3,96%).

Le secteur du tourisme «poursuit sa dynamique à un rythme croissant et occupe la première place en termes d’investissements engagés», selon le CRI.

L’année 2017 a été principalement marquée, rappelle-t-on, par la validation de signature de plusieurs conventions d’investissement avec l’Etat, dont celle relative à la réalisation du projet de palais des congrès à Agadir pour une enveloppe de 1,4MMDH, ainsi qu’une série de projets hôteliers au niveau de la nouvelle station touristique de Taghazout et qui viennent consolider l’offre touristique de la destination.

En termes d’animation touristique, l’année 2017 a été, également, marquée par la validation d’un parc d’animation touristique au niveau de la commune d’Anza.

Le secteur qui se place en deuxième position est celui des services qui représente 29 pc du total des investissements engagés, notamment grâce à la signature d’une convention cadre d’investissement avec l’Etat pour le projet de la station de dessalement d’eau de mer.

Ce projet structurant qui s’étale sur une superficie de près de 20 ha au niveau de la commune Inchaden, province de Chtouka Aït Baha, nécessitera un investissement global de l’ordre de 4,4 MMDH et permettra de créer environ 627 emplois.

Pour consolider le positionnement de la ville d’Agadir comme destination de santé et de bien-être, l’année écoulée a été marquée par la validation de plusieurs projets aux alentours du prochain CHU d’Agadir, dont un centre de cardiologie, une clinique spécialisée en chirurgie reconstructive, grands brulés et esthétique, et une clinique spécialisée en radiothérapie et chirurgie plastique, outre une académie de formation dans les métiers de la santé.

Dans le secteur du commerce, il a été procédé, selon le CRI, à la validation d’un projet de réalisation d’un centre commercial de l’enseigne d’ameublement «Kitea Géant», à proximité du Grand stade d’Agadir, sur une superficie globale de 55 000 m2, avec une enveloppe budgétaire de 140 MDH.

 Source: Journal LE MATIN, 25 Janvier 2018.
Agadir veut se positionner sur le marché du tourisme sportif

Agadir veut se positionner sur le marché du tourisme sportif

En marge du CHAN 2018, le Centre régional d’investissement Souss-Massa a organisé lundi une table ronde sous le thème «le sport, une niche d’investissement à fort valeur ajoutée pour Agadir».

La ville d’Agadir et sa région souhaitent développer une offre de produits et de services cohérents et complémentaires en mesure d’asseoir la vocation de la destination comme une référence dans le tourisme sportif de haut niveau et qui est aujourd’hui d’une forte valeur ajoutée. Pour ce faire, une table ronde sous le thème «Le sport, une niche d’investissement à forte valeur ajoutée pour Agadir» s’est tenue lundi à l’initiative du CRI Souss-Massa, et qui a réuni plusieurs investisseurs locaux, experts et professionnels. Ceux-ci se sont arrêtés sur le potentiel de la ville d’Agadir, qui semble la positionner naturellement comme une destination pour la pratique sportive en général et plus particulièrement pour les entraînements sportifs de haut niveau. D’après les intervenants, aucune vision claire n’a été élaborée ou du moins partagée pour construire ce produit, le promouvoir et le développer. Constamment à la recherche d’une offre touristique unique, le tourisme du sport de haut niveau est pourtant un axe qui dispose de tous les leviers pour promouvoir l’image d’Agadir.

En plus du climat doux dont bénéficie la destination tout au long de l’année, de son ensoleillement et de son littoral iodé propice à la préparation des grands sportifs, Agadir dispose d’un grand stade aux normes internationales, de salles de sport couvertes, centres de remise en forme, de salles de musculation et de préparation physique dernière génération, ainsi qu’une offre exceptionnelle en nombre et en qualité de courts de tennis et bien d’autres atouts qui en font l’escale idéale des sportifs de haut niveau pour préparer leurs saisons de compétitions. Selon Khalil Nazih, directeur du CRI, «ce dernier a accompagné avec beaucoup d’intérêt les récentes actions qui sont venues confirmer le potentiel énorme que représente ce créneau pour la promotion et le développement économique de cette niche d’investissement, dont par exemple le stage d’entraînement de l’équipe de football du Crystal Palace FC en mars 2017, le stage d’entraînement de Pierre-Ambroise Bosse en juin dernier, ainsi que du surfeur champion d’Europe de Stand-up Paddle, Bénoit Carpentier». Et d’ajouter que la ville d’Agadir assure tous les ingrédients nécessaires pour développer ce genre d’activité, notamment une offre touristique de haut niveau, des centres de remise en forme, des salles de sport de pointe, 14 projets de cliniques spécialisées haut de gamme sont programmés, des zones dédiées à l’activité et aux projets sportifs.

Projet jeunes au travail à Agadir

Projet jeunes au travail à Agadir

Le CRI de Souss Massa a participé le jeudi 23 novembre 2017 au siège de la Wilaya d’Agadir,  à  la réunion du comité de pilotage du projet « Jeunes au Travail » mis en œuvre par l’Organisation Internationale du Travail (OIT) en partenariat avec le Ministère de l’Emploi et des Affaires Sociales du Maroc et le concours financier du Ministère des Affaires étrangères, Commerce et Développement du Canada pour une durée de cinq ans (2012-2017). Ce projet vise à augmenter les opportunités d’emploi des jeunes et des femmes au Maroc et concerne principalement trois régions cibles, à savoir, la Région Souss-Massa, la région de l’Oriental et l’Axe Casablanca-Kénitra.

Le programme de la rencontre a porté sur les points suivants:
1- La présentation du projet jeune et les résultats cumulatifs 2012-2017.
2- La présentation du plan d’action pour la région Souss Massa.
3- La présentation de la version révisée de la stratégie de pérennisation du projet jeunes au travail.
4- Le rapport de la mission au Canada.
5- La présentation du projet de la coopérative Chabab Attahadi.

Lors de cette réunion 8 femmes Formatrices issues de la Région Souss Massa, parmi 15 au niveau national, ont été accréditées par l’OIT (Organisation Internationale de Travail ) pour assurer la formation  » Get Ahead  » ( Aller de l’ avant ). Le but  étant, l ’autonomisation économique et sociale des femmes, le partage des informations et l’ accompagnement pratique des femmes pour la réalisation des activités génératrices de revenus.

 

 

 

 

 

 

 

 

Tata : Un colloque régional pour drainer les investissements

Tata : Un colloque régional pour drainer les investissements

Les opportunités d’investissement dans la province de Tata ont été au centre d’un colloque organisé jeudi sous le thème «La mobilisation régionale au service de la promotion de l’investissement à Tata», en présence  d’une panoplie d’opérateurs économiques. Organisé par la Chambre de commerce, d’industrie et des services du Souss-Massa en collaboration avec la province de Tata, les conseils régional et provincial, ce colloque régional a constitué une occasion pour mettre en lumière les opportunités d’investissement dans la province de Tata, qui dispose de tous les atouts nécessaires pour un éventuel décollage socio-économique. Le colloque s’est déroulé autour de deux panels principaux. Le premier concerne d’une part les infrastructures de base, les projets structurants tels l’infrastructure routière et le projet Noor Tata. Il a également traité les différents aspects liés au climat des affaires tels que le foncier et les ressources humaines. Le deuxième panel a été consacré aux secteurs économiques porteurs de la province (mines, agriculture, tourisme, artisanat, et économie sociale), avec une forte focalisation sur les opportunités d’investissement réelles et pratiques que présentent les différents secteurs d’activité. Par ailleurs, une attention particulière a été accordée à l’identification des actions à entreprendre en vue d’améliorer le climat des affaires et de promouvoir les investissements dans cette province prometteuse, et qui seront par la suite communiquées sous forme de recommandations aux différents départements et instances concernés.

Ce colloque présidé par le gouverneur de la province a connu la participation de plusieurs acteurs économiques de la région du Souss-Massa, ainsi que les élus pour s’arrêter sur les mesures susceptibles d’améliorer l’attractivité de cette région. Ces derniers ont appelé à la diversification des activités économiques de la province de Tata, par le développement et la réhabilitation des souks et la construction de centres commerciaux dans certaines communes pour améliorer leurs recettes, la création de zones viabilisées d’activités industrielles non polluantes et commerciales intégrées sur le plan environnemental, l’élargissement des technologies de communication pour le développement des activités économiques : produits du terroir, gîtes, commercialisation des dattes et du henné. A rappeler que le Centre régional d’investissement du Souss-Massa a inauguré au mois d’avril dernier une nouvelle annexe dans la province de Tata, pour permettre à cette dernière d’améliorer son climat des affaires et  sa compétitivité, et dont les principales missions consistent en l’aide à la création d’entreprises, le développement de l’esprit entrepreneurial dans la province, l’accompagnement des investisseurs dans la mise en place de leurs projets d’investissement (conseil et orientation des porteurs de dossiers d’investissement pour obtention de l’accord et autorisations nécessaires…), et la promotion du potentiel et des opportunités d’investissement de la province de Tata.

Publié par Mohamed Laabid, Journal Aujourd’hui le Maroc.

Journées Economiques du Java Occidental à Agadir

Journées Economiques du Java Occidental à Agadir

Le CRI Souss Massa a participé aux journées économiques dédiées à la Province de Java Occidentale ont été organisées du 14 au 15 novembre 2017, par le Conseil Régional Souss Massa en partenariat avec la Chambre de Commerce, d’Industrie et de Services de Souss Massa.

Les travaux de cette rencontre en plus de la plénière, ont été marqués par la présentation des potentialités économiques de l’île de Java et celles de la Région Souss-Massa par le CRI-SM. Les entreprises des deux régions on également pu échanger lors des séances B2B organisées lors de la journée du 14 Novembre 2017.

Un espace d’exposition au niveau de la CCIS Souss Massa a été officiellement ouvert par les 2 délégations mettant en exergue  les atouts culturels et les potentialités économiques de la province indonésienne notamment le textile, l’industrie de cuir et de chaussure en plus de l’artisanat.

Ces journées se sont couronnées par la signature d’un accord de partenariat entre la Région Souss-Massa et la Province de Java Occidentale.

Ladite convention a été paraphée dans le cadre de la mise en œuvre d’un mémorandum d’entente entre les deux parties.

 

Atelier national d’appui à la mise en œuvre de la dimension économique de la décentralisation au Maroc

Atelier national d’appui à la mise en œuvre de la dimension économique de la décentralisation au Maroc

Le Jeudi 02 Novembre 2017, le Centre Régional d’Investissement de Souss Massa a participé à l’atelier national d’appui à la mise en œuvre de la dimension économique de la décentralisation au Maroc, organisé par Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique) en collaboration avec le Haut-Commissariat au Plan (HCP) à l’hôtel Sofitel Rabat Jardin des Roses.

Cet atelier est l’aboutissement d’une étude méthodologique initiée par les deux institutions depuis 2010. Le but de l’étude est de mettre au point une méthodologie permettant aux communes du Maroc de disposer d’un outil de pilotage du développement économique local en vue de la promotion des activités économiques et de l’emploi. Dans le cadre de cette étude, la municipalité de Chefchaouen a servi de projet pilote dont les premiers résultats ont été présentés en 2016.

Le principal objectif de l’atelier est de parvenir à terme au lancement d’un Programme National de relecture des plans de développement communaux (PDC) et des plans de développement régionaux (PDR) en vue de mieux prendre en compte la dimension économique de leur réalisation, en appui à la Régionalisation Avancée au Maroc. Ceci à travers :

1) L’examen de la méthodologie utilisée pour obtenir les résultats de l’élaboration des comptes économiques de la ville de Chefchaouen et de sa province et leur portée pour les collectivités territoriales au Maroc ;

2) La détermination de ce qu’implique l’élaboration des comptes économiques locaux en ce qui concerne la collecte des données statistiques ;

3) L’ Élaboration d’un programme de relecture économique des plans de développement communaux et régionaux suivant la perspective du développement économique des territoires ;

4) L’examen du type de coopérations Sud/Sud pouvant être développées dans ces domaines.

ont pris part aux travaux de cet atelier, M. le Wali, Directeur Général des collectivités Locales, M. le Secrétaire Général du HCP,  M. le Secrétaire Général de CGLU Afrique, M. le vice-Président de l’Association Marocaine des Présidents des Conseils Communaux (AMPCC), M. le Gouverneur, Directeur de la Formation des Cadres Administratifs et Techniques,  les représentants des collectivités territoriales et les principaux départements impliqués dans la décentralisation et le développement économique au Maroc, les représentants de la Commission Économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), l’Observatoire Economique et Statistique d’Afrique Subsaharienne (AFRISTATS), le Fonds d’équipement communal du Maroc (FEC) et l’Initiative Nationale du Développement Humain (INDH-Maroc), et plusieurs autres opérateurs économiques.

SOUSS-MASSA : PLUS DE 6,48 MMDH D’INVESTISSEMENTS

SOUSS-MASSA : PLUS DE 6,48 MMDH D’INVESTISSEMENTS

La Commission régionale d’investissement et de dérogation a donné son feu vert pour 24 projets d’investissement qui permettront la création de 2.369 emplois directs dans la région. Il s’agit entre autres de la construction d’un établissement d’enseignement privé, d’une clinique, d’un aquaparc et d’une station de dessalement d’eau de mer.

Plus de 6,48 MMDH. C’est le montant des investissements prévu par les 24 projets qui ont reçu l’aval de la Commission régionale d’investissement et de dérogation de Souss-Massa. Celle-ci a tenu sa réunion la semaine dernière durant laquelle ont été examinés 29 projets d’investissement. Les projets validés permettront la création de près de 2.369 emplois directs. C’est la province de Chtouka-Aït Baha qui arrive en tête, en termes de répartition des investissements prévus. Elle accapare 68% des montants engagés. Elle est suivie de la préfecture d’Agadir-Ida Outanane avec 28% du volume d’investissement global.

En troisième position, on retrouve la province de Taroudant (3% des montants engagés), suivie de la préfecture d’Inezgane et de la province de Tata (1%). Parmi les projets validés figure celui d’un établissement d’enseignement privé porté par la société «Abraham Lincoln Academy». Ce dernier, qui sera édifié sur une superficie de 2 ha, comprend une école primaire, un collège, un lycée et une université. À cela s’ajoutent un business center, un campus, un terrain de sport, une piscine, des espaces verts et des parkings. Ce projet nécessitera un investissement de 45 MDH et permettra la création de 250 emplois permanents. À Chtouka-Aït Baha est prévu un projet de station de dessalement d’eau de mer porté par les sociétés SEDA et Aman el Baraka.

Située au sein de la commune Inchaden sur une superficie de près de 20 ha, la station mobilisera une enveloppe de 4,4 MMDH. Le projet, qui permettra la création de quelque 627 emplois, consiste en la prise d’eau de mer, la prise d’eau brute… Il comprend, entre autres, un bâtiment d’ultrafiltration, un bâtiment de contrôle, une administration, un bâtiment électrique, un réservoir d’eau potable, un réservoir d’eau d’irrigation et une sous-station électrique.

La commission a aussi validé le projet de construction d’une clinique privée sur une superficie de 1.794 m² avec un investissement de 31,76 MDH. Le projet permettra la création de 20 emplois directs et de 40 autres indirects. Enfin, dans la commune d’Inezgane, il est prévu la réalisation, sur une superficie de 71.240 m², d’un complexe d’animation touristique comprenant un aquaparc, un pôle ludique et une aire de service. Le projet, qui permettra la création de 80 emplois directs, nécessitera un investissement de 45 MDH.

Journal LesEco, Écrit par Alya Alami Catégorie : Economie, Affichages : 450

 SYMODD, Agence de production digitale à Agadir - Maroc
Tous droits réservés. © Centre Régional d'Investissement Souss Massa