AGADIR SE DOTE D’UN DELPHINARIUM

AGADIR SE DOTE D’UN DELPHINARIUM

Doté d’un montant d’investissement égal à 8 MDH, le projet dispose de 500 places assises tandis que le bassin met en vedette quatre dauphins de la mer noire et un phoque.

Après l’acquisition de l’autorisation de construire n°6340/01 du 24 août 2017, le projet du delphinarium situé dans la localité d’Anza, au nord d’Agadir a ouvert officiellement ses portes au grand public. Le maître d’ouvrage du projet est la société «Agadir Delfin World».

« Doté d’un montant d’investissement égal à 8 MDH, ce projet d’animation et de loisirs a nécessité 9 mois  de travaux sur ses 15.000 m3 de superficie, pour générer 25 postes d’emplois » explique Abdellatif Abid, consul honoraire de Russie à Agadir.

En termes de diversement, le projet qui a complété l’offre animation par la réalisation d’un second parc thématique à Agadir, après celui des crocodiles, offre deux spectacles par jour, à l’exception du lundi, mettant en vedette quatre dauphins de la mer noir et un phoque sous la direction d’une équipe d’animation russe.

Il va sans dire que la capacité réceptive (gradin) du projet est composée de 500 places assises tandis que le bassin qui respecte les consignes de sécurité est étalé sur 430 m3. Sur ce dernier point, le bassin qui dispose de consignes de sécurité est remplit avec de l’eau salée à travers le pompage de la mer.

« Ce projet d’animation touristique reflète l’un des aspects des relations de coopération économique et d’amitié entre le Maroc et la Russie en particulier après la visite à Moscou en 2016 et celle du Premier ministre russe, Dmitri Medvedev l’an dernier à Rabat » précise Andrey Tsyberko, consul général de Russie à Casablanca.

D’autres composantes font partie intégrantes de ce projet, à savoir, la clinique des dauphins, les guiches de réservation de la billetterie en plus de l’administration de la société et les magasins de souvenirs ainsi qu’un café. Sur le plan de tarifs, la société gestionnaire du projet a fixé 150 DH pour les adultes et 120 DH pour les enfants.

Écrit par Yassine Saber, Journal LesEco, 

Visite au CRI de Madame l’Ambassadeur du Royaume de Norvège au Maroc

Visite au CRI de Madame l’Ambassadeur du Royaume de Norvège au Maroc

Le Mardi 19 Juin 2018, Le CRI de Souss Massa a eu le plaisir de recevoir dans son siège à Agadir,  Mme Merethe Nergaard, Ambassadeur du Royaume de Norvège au Maroc accompagnée du vice-consul de la Norvège à Agadir, Monsieur Kamal Salimi. Une rencontre riche en échange sur les potentialités économiques de la Région Souss Massa et les opportunités de partenariat et de collaboration Maroco-Norvégienne notamment dans le domaine des investissements privés.  Cette rencontre a été une occasion de présenter à Madame l’Ambassadeur  l’offre territoriale régionale ainsi que les derniers projets lancés qui reflètent la dynamique économique que connait le Souss Massa.

Déplacement d’une importante délégation de la Région Souss-Massa en Côte d’Ivoire

Déplacement d’une importante délégation de la Région Souss-Massa en Côte d’Ivoire

Composée d’une vingtaine d’opérateurs économiques, élus et chefs d’entreprises, la délégation régionale a été présidée par M. le Président du Conseil Régional Souss-Massa.

Dans le cadre de la concrétisation d’un accord de partenariat entre la Région Souss Massa et la Région de San Perdo en Côte d’Ivoire, une importante délégation régionale conduite par M. Brahim Hafidi président du Conseil Régional Souss-Massa s’est rendue, du 18 au 23 juin 2018,  à la région côtière de San Pédro, située à l’extrême sud-ouest de la Côte d’Ivoire. Constituée d’une vingtaine d’opérateurs économiques, élus et chefs d’entreprises, la délégation régionale a été composée de représentants du Conseil régional Souss-Massa, de l’Université Ibn Zohr, la Chambre de Commerce, d’Industrie et des Services en plus du Centre Régional d’Investissement (CRI) et de la Chambre des Pêches Maritimes de l’Atlantique Centre Agadir. La délégation est constituée aussi de la Fédération Interprofessionnelle de Production et d’Exportation de Fruits et Légumes (FIFEL) et du Conseil Régional du Tourisme  (CRT) ainsi que de l’Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail  (OFPPT) et de la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM).

Arrivée à Abidjan, la délégation du Souss Massa a été reçue dans un premier temps par M. l’Ambassadeur du Royaume du Maroc. A San Pédro la délégation  s’est rendue à la présidence de la Région, sa Préfecture et la Mairie de la ville en sus du port Autonome de San Pedro et de la Chefferie de la Région. D’autres visites ont été également programmées tel que la Baie touristique de Taki, des plantations de Cacao et d’Hévéa, connues pour être les deux cultures agro-industrielles phares en Côte d’Ivoire. De plus,  le programme comprenait aussi la visite du port de pêche artisanale de San Pedro et de plusieurs autres entreprises  ivoiriennes et d’institutions d’enseignement et de formation professionnelle.

Forum économique  et signature d’un Mémorandum d’entente 

Suite à la tenue du Forum économique organisée par les deux régions, une série de rencontres BtoB ont été faites dans le but  de renforcer la coopération décentralisée et les échanges économiques entre les deux régions. La mission institutionnelle a été couronnée par la signature d’un Mémorandum d’Entente entre M.Brahim Hafidi, Président de la Région Souss-Massa et M. Donatien Beugré, Président de la Région de San Pedro. Les deux parties se sont accordées dans le cadre de ce mémorandum sur le développement de leurs partenariats dans les domaines économiques durables.

 

Anima : le Maroc succède à la Tunisie

Anima : le Maroc succède à la Tunisie

Le Maroc a été élu, dès le premier tour, président de la plateforme de coopération pour le développement économique en Mditerranée «Anima Investment Network», lors de l’Assemblée générale de la plateforme, tenue le 26 juin à Tunis.

Le Maroc représenté par l’Agence de l’Oriental, en la personne du directeur du Pôle coopération internationale et promotion économique, Abdelkader Betari, présidera ainsi pour un mandat de 3 ans (2019-2021) Anima, une plateforme multi pays et multi organisations du bassin méditerranéen, créée en 2006 à Marseille (France) par un consortium d’agences de pays euro-méditerranéen, dont le Maroc.

La présidence marocaine d’ANIMA, qui succède à celle de la Tunisie (2012 à 2018), proposera durant les 3 prochaines années une stratégie basée sur le soutien au développement des territoires sur la base de l’expérience marocaine dans le cadre de la régionalisation avancée. La Région de l’Oriental s’est en effet distinguée au cours des 3 dernières années par l’organisation de plusieurs actions appréciées de soutien aux investissements et au développement en particulier du patrimoine immatériel.

Cette Assemblée générale a eu lieu en marge de la conférence annuelle d’Anima, qui a été consacrée au projet «The Next Society» et au lancement du projet Ebsomed, 2 projets de 4 ans (2017-2020) et 2018 -2021, financés par la Commission européenne.

Ayant pris part à cette conférence une importante délégation marocaine composée du directeur général de l’Agence de l’Oriental, Mohamed Mbarki, du directeur du Pôle coopération internationale et promotion économique de l’Agence de l’Oriental, Abdelkader Betari, ainsi que de plusieurs directeurs et responsables des Centres régionaux d’investissements (CRI), notamment le CRI de Oued Noun, de Fès, de Meknès, de Sous-Massa, outre le Centre de l’Oriental-Oujda, l’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (Amdie) et des représentants du secteur privé dont la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM).

L’Assemblée générale de l’Anima a aussi porté sur l’élection de son Conseil d’administration. Ont été élus au CA, l’Agence de l’Oriental (Maroc), l’AMDIE, Associacion Multisectorial des Empresas (AMEC-Espagne), Business France (France), la Chambre de commerce et d’industrie Marseille Provence (CCIMP -France), Centro Estero per l’Internazionnalizzazione (Ciepiemonte – Italie), Confédération nationale des entreprises citoyennes (Conect – Tunisie), Enterprise Grèce (Grèce), Foreign Investment Promotion Agency (FIPA Tunisia -Tunisie), General Authority for Investment and Free Zones (GAFI -Egypte), International Network for SMEs (INSME -Italie), Malta Enterprise (Malte), Syrian Enterprise & Business Center (SEBC – Syrie), Region Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur (France) et Ville de Marseille (France).

Néanmoins, l’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI – Algérie) et l’Agence chypriote Invest Cyprus – CIPA n’ont pas été élues. Ont participé à ces événements plus de 150 participants provenant de 15 pays euro-méditerranéens accompagnés de nombreux représentants gouvernementaux, d’organisations internationales, de banques, d’organisations patronales, de la société civile et d’universités.

Le réseau Anima réunit 75 membres présents dans 22 pays de la zone euro-méditerranéenne dont des agences gouvernementales et régionales de promotion des territoires, des fédérations d’entrepreneurs, des pôles d’innovation, des investisseurs et des instituts de recherche.

L’objectif d’Anima est de contribuer à une amélioration continue du climat des affaires et de l’investissement et à un développement économique durable et partagé en Méditerranée.

MAP, JOURNAL LE MATIN 

Lancement de la 7ème édition de la semaine de l’emploi pour l’étudiant à Tiznit

Lancement de la 7ème édition de la semaine de l’emploi pour l’étudiant à Tiznit

La Direction Régionale Souss Massa de L’Anapec a lancé du 07 au 12 Mai 2018,  la septième édition de la semaine de l’emploi pour l’étudiant à Tiznit, en étroite collaboration avec les partenaires et institutions régionales de formation, notamment la CNSS, le CRI, et la Direction régionale de l’emploi.

L’objectif de cette initiative, est de permettre aux jeunes d’accéder à  l’information, et au conseil concernant les offres et exigences du marché du travail.

 L’édition portée sur la thématique du développement des soft skills,  et a été caractérisée par l’organisation d’un séminaire d’information te de sensibilisation le 07/05/2018 à 15h00 à l’Anapec Tiznit, l’ intervention du CRI à cette rencontre portée sur son rôle dans le développement de l’entrepreneuriat en général et la création d’entreprises.

Agadir accueille le 3ème congrès arabe sur les petits projets et les familles productives en tant que levier de développement

Agadir accueille le 3ème congrès arabe sur les petits projets et les familles productives en tant que levier de développement

Les travaux du 3ème congrès arabe sur les petits projets et les familles productives en tant que levier de développement, ont débuté mardi à Agadir, avec la participation d’un grand nombre de responsables, élus, experts, universitaires et représentants d’institutions financières et d’organisations associatives du Maroc et de l’étranger.

Placé sous le thème du rôle des municipalités, des secteurs public et privé et de la société civile dans la réussite des petits projets, ce conclave de trois jours est initié par la Direction générale des collectivités territoriales relevant du ministère de l’Intérieur, en coordination et coopération avec l’Institut arabe pour le développement des villes, l’Association des régions du Maroc, ainsi que la Wilaya de la région Souss-Massa.

Les crises socio-économiques dont pâtissent les villes à travers le monde des suites de l’explosion démographique, l’émigration, le chômage et le recul des investissements, affectent particulièrement les jeunes en quête d’emploi et d’opportunités pour lancer leurs propres projets et entrainent une réduction de la protection sociale, une baisse des revenus et une progression du chômage, indiquent-t-on à l’ouverture de la rencontre, d’où l’importance du rôle des instances publiques et privées pour renforcer les capacités des individus, améliorer le niveau de la productivité à travers des projets, petits et moyens, pour réduire la précarité, assurer l’emploi et l’accès aux services.

« Le développement de nouvelles méthodes pour l’amélioration de la production et la diversification des investissements à travers des initiatives novatrices s’avèrent nécessaires », selon des intervenants lors de la séance inaugurale de ce congrès appelés à faire le point sur les législations, les politiques et les procédures administratives portant sur les petits projets, les mécanismes nouveaux pour le développement des services financiers propres à ces petits projets et aux familles productives, les moyens de mobiliser les ressources du Waqf et de la Zakat à cet effet, la présentation de modèles réussis de projets novateurs aux niveaux local et régional, ainsi que la promotion de l’esprit d’initiative et de créativité chez les jeunes pour lancer leurs propres projets.

Dans une déclaration à la presse, le directeur général-adjoint de l’Institut arabe pour le développement des villes, Ahmed Attouijri, a souligné que la population arabe dépasse aujourd’hui les 300 millions ce qui se ressent sur le taux chômage qui est en hausse et des opportunités d’emploi en régression.

Lors du congrès d’Agadir, qui se tient après des éditions à Koweït en 2015 et Amman en 2017, les participants auront à explorer, a-t-il dit, les moyens novateurs à même de promouvoir les petits projets et les familles productives pour en faire un levier de développement et un outil pour améliorer leurs conditions de vie.

Evoquant le cas du Maroc, il a estimé que le Royaume est riche par ses ressources notamment dans des secteurs comme l’Agriculture et la pêche qui offrent des opportunités d’emplois aux jeunes, soulignant l’importance d’accompagner le développement des petits projets.

« Aujourd’hui, la question qui se pose est de trouver les moyens d’amener les institutions bancaires à soutenir ces projets par des crédits à taux réduits ou des subventions selon un calendrier qui garantisse la pérennité de ces projets qui reste l’enjeu majeur pour améliorer les conditions de vie de ces populations et du pays en général », a ajouté M. Attouijri.

La cérémonie d’ouverture de ce congrès a eu lieu en présence notamment du Wali de la région Souss-Massa, Ahmed Hajji, du président du conseil régional, Brahim Hafidi, du gouverneur coordinateur de l’Initiative nationale de développement humain (INDH), Nadira Guermaï, du gouverneur directeur de la formation des cadres, Abdelouahab El Jabri, ainsi que des maires et élus en provenance de différents pays arabes.

MAP-10/04/2018

 

 

LE SOUSS VEUT TIRER PROFIT DE LA ROUTE DE LA SOIE

LE SOUSS VEUT TIRER PROFIT DE LA ROUTE DE LA SOIE

Le Forum d’amitié maroco-chinois, s’est ouvert lundi 26 Mars 2018, à Agadir. Pour la Région Souss-Massa, qui vient de signer la déclinaison régionale du PAI 2014-2020, elle entend bien tirer profit de cette initiative pour attirer les investissements chinois.

Les possibilités de coopération économique ne manquent pas pour rapprocher le Maroc et la Chine, en particulier après la signature, en novembre 2017 à Pékin, de l’accord relatif à l’initiative «One Belt, One Road» chinoise, appelé communément la Route de la soie. C’est l’une des principales motivations qui a animé, ce lundi, l’ouverture des travaux du Forum d’amitié maroco-chinois, à Agadir par la présence d’une forte délégation ministérielle et plus de 200 invités chinois représentant les secteurs public et privé. «L’adhésion du Maroc à cette initiative chinoise constitue une opportunité pour développer des projets à caractère triangulaire orientés essentiellement vers l’Afrique» annonce Mbarka Bouaida, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Agriculture, de la pêche maritime. C’est la raison pour laquelle, «il faut mettre en synergie la Route de la soie et le Plan d’accélération industrielle (PAI) pour prévaloir leur complémentarité dans les secteurs de l’industrie, le chemin de fer, la pêche, l’automobile et les énergies renouvelables, et ce, dans le cadre d’un nouveau mode de coopération entre le Maroc-Afrique et la Chine», ambitionne Li Li, ambassadeur de Chine au Maroc. Pour la Région Souss-Massa, qui vient de signer la déclinaison régionale du Plan d’accélération industrielle 2014-2020, elle entend bien tirer profit de cette initiative. «En plus du renforcement de la coopération décentralisée et le développement du marché touristique chinois, le projet de la Cité Mohammed VI de Tanger Tech, qui abritera 200 entreprises chinoises à Tanger, est le genre d’investissement que notre région ambitionne d’accueillir», explique Brahim Hafidi, président de la Région Souss-Massa.

Avant d’ajouter que «la région appuiera toute action pour renforcer ses exportations vers la Chine, notamment à travers ses principaux secteurs exportateurs et ses nouvelles niches de croissances, en l’occurrence le chantier naval, l’agroalimentaire, l’aquaculture et bien d’autres», indique-t-il. De ce fait, la région ambitionne aussi de tirer profit de la croissance soutenue du tourisme chinois au Maroc depuis la levée du visa. «Grâce à l’exemption de visa pour les ressortissants chinois, ces derniers sont passés de 10.000 touristes en 2015 à plus de 100.000 en 2017. Et notre objectif est d’atteindre, à l’horizon 2020, prés de 500.000 touristes chinois avec une ambition de relier le Maroc et la Chine par une ligne directe», a déclaré Mohamed Sajid, ministre du Tourisme du transport aérien de l’artisanat et l’économie sociale et solidaire. Du côté de Jamila El Moussali, secrétaire d’État chargée de l’Artisanat et de l’économie sociale, «les échanges culturels entre la Chine et le Maroc se développent avec vigueur, puisque le nombre des Marocains qui veulent apprendre la langue chinoise est en nette augmentation dans les instituts Confucius de Rabat et Casablanca alors que des universités marocaines ont également lancé l’apprentissage de la langue chinoise», explique-t-elle. «Il va sans dire que le nombre de participants chinois au Forum d’amitié maroco-chinois a plus que triplé en comparaison avec la première édition de cette manifestation, tenue, il y a deux années, à Rabat», a annoncé Lin Yi, vice-présidente de l’Association du peuple chinois pour l’amitié avec l’étranger.

Ce qui est de bon augure pour la consolidation des relations économiques, puisque le secteur privé, sur lequel table les deux parties, a été marqué par le déplacement de 97 opérateurs économiques représentant plusieurs secteurs économiques. Parallèlement, le forum a accueilli 10 villes et 7 provinces en plus de deux régions autonomes qui vont ouvrir un dialogue avec leurs homologues marocains pour la promotion des échanges durant cette 2e édition. Par ailleurs, cette seconde édition, qui coïncide avec la commémoration du 60e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre le Maroc et la Chine a été initiée par le Conseil régional Souss-Massa, en partenariat avec l’Association d’amitié et d’échange maroco-chinoise et l’Association du peuple chinois pour l’amitié avec l’étranger.

Écrit par Yassine SABER, Journal LesEcos, le 

Bourse internationale du tourisme: Agadir à la reconquête de l’Allemagne

Bourse internationale du tourisme: Agadir à la reconquête de l’Allemagne

La Région se démarque en s’offrant son propre stand, une première
189 pays, 10.147 exposants et 5.000 journalistes accrédités pour ce méga évènement

C’est une première dans les annales touristiques régionales! Pour la 52e édition de la Bourse internationale de tourisme (ITB) de Berlin, le Souss Massa participe avec son propre stand qui s’étale sur une centaine de mètres. Conçu sous forme de kasbah, il reflète une image visuelle destinée à ancrer dans les esprits l’identité d’Agadir, non seulement en tant que destination balnéaire reconnue, mais aussi en tant qu’arrière-pays riche de ses valeurs, de ses traditions et de son terroir.

Lors de sa visite officielle, Lamia Boutaleb, Secrétaire d’Etat auprès du Ministre de tutelle, chargée du tourisme, a apprécié ce nouveau concept qui distingue la région. Si le Conseil régional de tourisme (CRT) Souss Massa a réussi ce coup de maître, c’est surtout grâce au soutien des élus et du Conseil régional Souss Massa qui n’a pas hésité à injecter un million de DH dans cette opération.

Extrait de l’article écrit par Fatiha NAKHLI, Journal L’Economiste, le 08/03/2018.

 

Le Plan d’accélération industrielle sera décliné dans les régions, à commencer par le Souss Massa

Le Plan d’accélération industrielle sera décliné dans les régions, à commencer par le Souss Massa

24.000 emplois seront créés dans le Souss Massa qui deviendra une plateforme de transformation de produits agricoles pour le Maroc et l’Afrique. Le Roi Mohammed VI a lancé à partir d’Agadir, l’implémentation régionale du Plan d’accélération industrielle.

Le Roi Mohammed VI a présidé, dimanche à Agadir, la cérémonie de présentation de la déclinaison régionale du Plan d’Accélération Industrielle 2014-2020 dans la région de Souss-Massa et de signature de huit conventions et d’un protocole y afférents.

Le projet industriel du Souss-Massa amorce la déclinaison régionale de la stratégie industrielle nationale. A travers le déploiement du processus de régionalisation avancée, cette déclinaison régionale vise un développement territorial équitable, équilibré, inclusif et adapté aux spécificités de chaque région. Et vise à faire de la Région un pôle économique capable de créer de l’emploi, de valoriser ses richesses et de soutenir ses secteurs productifs pour assurer une croissance inclusive.
Lors de cette cérémonie, a été projeté un film institutionnel qui met en avant la dynamique de développement qu’a connue le Royaume durant la dernière décennie, à la faveur notamment de projets stratégiques ayant trait à différents secteurs (Infrastructures, formation, Industrie, Energies renouvelables, …)..
Le ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique, Moulay Hafid Elalamy, a souligné à ce titre, dans une allocution prononcée devant le Roi que «l’industrie adopte à son tour, conformément aux hautes instructions royales, une approche régionalisée, afin de localiser les activités productives au plus près des citoyens, de capitaliser sur le potentiel de toutes nos régions et d’accéder à un nouveau palier d’émergence».

Un pôle économique compétitif 

«Le projet industriel du Souss-Massa porte l’ambition de créer 24.000 nouveaux emplois à terme, en partenariat avec les fédérations professionnelles. Les premiers seront générés par les projets signés aujourd’hui par des investisseurs privés», a souligné M. Elalamy.

Pour ce faire, la démarche industrielle conçue pour le Souss-Massa entend conforter les secteurs industriels existants, tout en développant de manière proactive et agissante, de nouveaux créneaux. Et ce, en respect total des normes environnementales et de la vocation touristique de la région.

> Dans le domaine de la production agro-industrielle, le Souss-Massa sera érigé en plateforme de transformation de produits agricoles destinés tant au niveau national qu’au continent africain. Un partenariat renforcé entre les ministères de l’Agriculture et de l’Industrie a été mis en place au profit des opérateurs, à travers un programme conjoint d’accompagnement impliquant le Fonds de Développement Industriel et le Fonds de Développement Agricole, ainsi que la mise à disposition de l’agropole.

> L’infrastructure du secteur de la construction navale engagera au niveau national près de 5 milliards de dirhams d’investissement. Une composante « chantier naval » Souss-Massa y est déjà intégrée.

> Le secteur de la chimie connaîtra, quant à lui, un accompagnement spécifique favorisant le développement des filières de la chimie organique et de la chimie verte.

> De nouveaux écosystèmes seront développés notamment, dans des secteurs émergents leviers d’accélération industrielle, tels que la sous-traitance automobilel’offshoring, le cuir, les matériaux de construction et la plasturgie.

Pour appuyer cette ambition régionale et en plus de l’accompagnement du secteur bancaire, cinq leviers complémentaires seront mis en place:

– Une zone franche industrielle de 300 ha, intégrée dans une zone urbaine. Elle donnera accès à un foncier industriel aux standards internationaux et à des prix compétitifs. Cette zone franche permettra de renforcer l’attractivité de la région et d’y drainer des activités exportatrices et créatrices d’emplois.
– L’implication de l’OFPPT pour la formation des ressources humaines pour accompagner les industriels dans la formation et la qualification de leurs salariés.
– La réalisation d’un Technopark et d’une Cité de l’innovation. Ce Technopark sera destiné aux PME et aux start-up du secteur des TIC et mettra à leur disposition des locaux prêts à l’emploi avec des services d’accompagnement. La Cité de l’innovation permettra de doter la région d’une infrastructure d’accueil technologique, facilitant l’accompagnement des jeunes porteurs de projets innovants.
– 500 millions de dirhams seront affectés des Fonds de Développement Industriel et Agricole, aux projets industriels de la région.
– Le secteur privé de la région Souss-Massa, consacrera 500 millions de dirhams pour investir dans ces projets industriels.

Grâce à cette implication nouvelle de toutes les parties prenantes, les projets industriels qui seront développés dans la région Souss-Massa, pourront être réalisés par les opérateurs avec un apport limité à 20% du montant de ces projets. En effet, 20 autres % seront portés par des investisseurs privés de la région, 20% supplémentaires proviendront de subventions des Fonds de Développement Industriel et de l’Agriculture. Et les 40% restants seront financés, à des conditions avantageuses, par le secteur bancaire.

Les 8 conventions signées

A cette occasion, le Roi Mohammed VI a présidé la cérémonie de signature de 8 conventions et d’un protocole permettant la mise en œuvre de la régionalisation du Plan d’accélération industrielle au niveau de la région Souss-Massa, et la concrétisation de 11 investissements industriels dans la région.

1- Convention pour la déclinaison au niveau de la région de Souss-Massa des écosystèmes automobile, cuir, naval, chimie, plasturgie, matériaux de construction et offshoring.

2- Convention pour l’accompagnement des besoins en formation des ressources humaines de la stratégie de développement industriel de la région de Souss-Massa à l’horizon 2020.

3- Convention pour la mise en place d’une Cité de l’Innovation dans la région Souss-Massa.

4- Convention pour l’aménagement, le développement, la promotion, la commercialisation et la gestion de la zone franche Souss-Massa.

5- Convention pour la déclinaison de la stratégie de développement des industries agroalimentaires au niveau de la région de Souss-Massa.

6- Convention pour le financement du programme de développement des industries agroalimentaires.

7- Convention pour la mise en place d’un Technopark dans la région Souss Massa.

8- Convention pour l’accompagnement à la mise en place d’un fonds privé pour le développement de l’investissement dans la région Souss-Massa.

9- Protocole pour la réalisation de 11 investissements industriels dans les secteurs des matériaux de construction, de la plasturgie, des industries papier et carton et de l’offshoring.

Cette cérémonie s’est déroulée en présence notamment de conseillers du Roi, de membres du gouvernement, des présidents des conseils régionaux, d’opérateurs économiques et de plusieurs autres personnalités.

Source: Médias24, Dimanche 28 janvier 2018.

213 projets approuvés pour 17,9 MMDH à Souss-Massa en 2017

213 projets approuvés pour 17,9 MMDH à Souss-Massa en 2017

Quelque 213 projets d’investissement ont été approuvés dans la région de Souss-Massa durant l’année 2017 pour un montant global de l’ordre de 17,9 milliards de DH (MMDH).

Ces projets permettront la création de près de 12.793 opportunités d’emplois, indique le Centre régional d’investissement (CRI) dans un communiqué parvenu à la MAP.

Par rapport à 2016, l’année passée a enregistré une augmentation significative de 491% en terme de montant d’investissement validé et de près de 4% en ce qui concerne le nombre de projets ayant reçu un avis favorable, relève la même source qui fait état aussi d’une évolution de 153,7% du nombre de postes d’emploi à générer.

La répartition territoriale des investissements approuvés montre que la préfecture d’Agadir-Ida Outanane reste la principale destination des investissements au niveau régional.

Durant l’année écoulée, elle a ainsi concentré 63% des projets traités favorablement avec une enveloppe d’investissement qui dépasse 11 MMDH, soit 62% des investissements injectés dans la région de Souss-Massa.

En termes d’emplois à créer, la préfecture d’Agadir-Ida Outanane concentre aussi 71% des opportunités d’emplois dans la région, soit plus de 9.000 postes.

Par ailleurs, la ventilation sectorielle des projets d’investissement fait ressortir une domination du secteur du tourisme (37,39%), suivi des services (29,43%), du BTP (25,39%) et de l’industrie (3,96%).

Le secteur du tourisme «poursuit sa dynamique à un rythme croissant et occupe la première place en termes d’investissements engagés», selon le CRI.

L’année 2017 a été principalement marquée, rappelle-t-on, par la validation de signature de plusieurs conventions d’investissement avec l’Etat, dont celle relative à la réalisation du projet de palais des congrès à Agadir pour une enveloppe de 1,4MMDH, ainsi qu’une série de projets hôteliers au niveau de la nouvelle station touristique de Taghazout et qui viennent consolider l’offre touristique de la destination.

En termes d’animation touristique, l’année 2017 a été, également, marquée par la validation d’un parc d’animation touristique au niveau de la commune d’Anza.

Le secteur qui se place en deuxième position est celui des services qui représente 29 pc du total des investissements engagés, notamment grâce à la signature d’une convention cadre d’investissement avec l’Etat pour le projet de la station de dessalement d’eau de mer.

Ce projet structurant qui s’étale sur une superficie de près de 20 ha au niveau de la commune Inchaden, province de Chtouka Aït Baha, nécessitera un investissement global de l’ordre de 4,4 MMDH et permettra de créer environ 627 emplois.

Pour consolider le positionnement de la ville d’Agadir comme destination de santé et de bien-être, l’année écoulée a été marquée par la validation de plusieurs projets aux alentours du prochain CHU d’Agadir, dont un centre de cardiologie, une clinique spécialisée en chirurgie reconstructive, grands brulés et esthétique, et une clinique spécialisée en radiothérapie et chirurgie plastique, outre une académie de formation dans les métiers de la santé.

Dans le secteur du commerce, il a été procédé, selon le CRI, à la validation d’un projet de réalisation d’un centre commercial de l’enseigne d’ameublement «Kitea Géant», à proximité du Grand stade d’Agadir, sur une superficie globale de 55 000 m2, avec une enveloppe budgétaire de 140 MDH.

 Source: Journal LE MATIN, 25 Janvier 2018.
 SYMODD, Agence de production digitale à Agadir - Maroc
Tous droits réservés. © Centre Régional d'Investissement Souss Massa