AGADIR/TOURISME. LE SORT DU SECTEUR ENTRE LES MAINS DE SAJID

AGADIR/TOURISME. LE SORT DU SECTEUR ENTRE LES MAINS DE SAJID

Réhabilitation du parc hôtelier, constitution d’un comité ministériel et consolidation des budgets pour la promotion: telles sont les principales doléances des professionnels du tourisme d’Agadir présentées à Mohamed Sajid, ministre du Tourisme.

Des mesures concrètes: c’est ce qu’attendent les opérateurs touristiques d’Agadir pour relancer la destination. Et la rencontre, le 12 juin, avec Mohamed Sajid, ministre du Tourisme, a été cruciale. L’on souhaite passer des paroles aux actes. Il va sans dire qu’à la veille de l’inauguration de la base aérienne de Royal Air Maroc (RAM) à Laâyoune, de grandes attentes ont été nourries autour de cette visite, qui a duré près de quatre heures. Le ministre du Tourisme a fait le déplacement à Agadir avec les principaux acteurs de l’industrie touristique du pays, notamment Hamid Addou, PDG de RAM, Adel El Fakir, DG de l’Office national marocain du tourisme (0NMT), Zouheir Mohamed El Oufir, DG de l’Office national des aéroports (ONDA) et Imad Barrakad, président du directoire de la Société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT). De leur côté, les professionnels du tourisme ont profité de l’occasion pour exposer leurs doléances et émettre des propositions concrètes, notamment pour l’aérien, la promotion, le foncier et le développement des activités de niche. «Les diagnostics sont déjà faits, c’est pourquoi il faut être réactif en prenant des décisions courageuses assorties de lignes de conduite à court terme pour résoudre les problématiques du tourisme dans notre région», a insisté Brahim Hafidi, président de la Région Souss-Massa.

Des chiffres qui masquent la réalité 
Même son de cloche du côté de Rachid Dahmaz, président du Conseil régional du tourisme (CRT) d’Agadir Souss-Massa. «Agadir connaît un moment critique. Malgré des chiffres en hausse, la destination n’est plus attractive pour les tour-opérateurs. La première station balnéaire du royaume est la dernière des pays du pourtour méditerranéen» souligne t-il. Reconnaissant les problèmes auxquels est confrontée la destination Agadir depuis des années, Mohamed Sajid préconise des solutions urgentes. Il s’agit de la mise à niveau du parc hôtelier gadiri en dehors du fonds Renovotel (complètement inadapté à la réalité du terrain) et la résolution du problème de patrimoine sous-valorisé de la SMIT dans la zone Founty. «Malheureusement, on est pris en otage à cause de procédures administratives et réglementaires. C’est pourquoi il faut dépasser ces obstacles via des alternatives pour enclencher le mécanisme de réhabilitation du parc hôtelier d’Agadir et la valorisation de la zone Founty», souligne t-il. Pour sortir la destination de sa léthargie touristique, les acteurs régionaux du tourisme ont proposé trois principales propositions assorties de plusieurs mesures techniques.

Réhabilitation du parc hôtelier 
Avec 88 hôtels, la destination Agadir dispose de 11.579 chambres, soit 29.000 lits. «Parmi ses hôtels, 14 unités n’ayant pas d’arriérés vis-à-vis du fisc et la CNSS ont besoin d’une rénovation urgente», explique Najia Ounassar, présidente de l’Association de l’industrie hôtelière d’Agadir (AIHA). Toujours est-il que la capacité hôtelière d’Agadir est pénalisée par la vétusté de 32 unités hôtelières dont 3 qui nécessitent la rénovation, 3 hôtels fermés, 5 en redressement, 4 appartenant à des institutions étatiques tandis que 3 sont en liquidation. Au total, ces établissements concentrent 4.784 chambres (10.062 lits), soit 35% de la capacité totale de la destination. «La moitié de cette capacité peut être rénovée, soit près de 6.000 lits à travers une solution de financement adaptée pour entamer les rénovation qui représentent 15 à 30% des travaux », ajoute Ounassar. Sur ce dernier point, le mécanisme opérationnel de réhabilitation proposé par les professionnels et le Conseil régional Souss-Massa est la création d’un fonds de 1 MMDH entre l’État et la région via la SDR tourisme pour la mise à niveau de cette première capacité. En attendant l’accord au sujet de ce fonds à travers la mobilisation du financement et la signature de la convention, les professionnels ont aussi demandé des incitations pour les investissements touristiques.

Un comité ministériel pour dépasser les difficultés 
«La destination Agadir régresse depuis des années. C’est la raison pour laquelle la résolution de l’ensemble des problèmes passent impérativement par la constitution d’un comité ministériel», explique Saïd Scally, professionnel du secteur et ex-président du CRT. Selon lui, ce comité qui regroupera l’ensemble des intervenants de la chaîne touristique peut résoudre les difficultés persistantes sur le plan du transport aérien et touristique, des taxes aéroportuaires, de la réalisation du quai des croisières, tant attendu au port d’Agadir et la mise à niveau d’une partie de la capacité hôtelière de la destination.

Plus d’appui financier à la promotion 
Sortir la destination de sa crise nécessite aussi l’amélioration des budgets dédiés à la promotion. Selon Chafik Mahfoud Filali, professionnel du tourisme et ancien président de l’AIH et du CRT, le partenariat ONMT-CRT Agadir Souss-Massa doit être renforcé à travers la concertation au sujet de la conception et la réalisation des campagnes de communication et Marketing. «Nous estimons que les professionnels sont aussi concernés par les actions de promotion de leur destination », explique Chafik Filali. De plus, le budget accordé dans le cadre du plan d’action conjoint est loin d’être suffisant pour faire la promotion spécifique de la région, alors que la régionalisation de la promotion touristique, à travers des stands dédiés, nécessite plus de moyens avec une présence plus assidue aux salons (Varsovie, Moscou, Paris…). Par ailleurs, d’autres questions ont été soulevées, notamment le développement de l’hôtellerie et celui du produit touristique dans l’arrière-pays et les provinces de la région.

Source: Écrit par Yassine SABER, Journal LesEcos, 

 SYMODD, Agence de production digitale à Agadir - Maroc
Tous droits réservés. © Centre Régional d'Investissement Souss Massa