PÊCHE. FINI LES PROBLÈMES DE L’HISTAMINE À AGADIR ?

PÊCHE. FINI LES PROBLÈMES DE L’HISTAMINE À AGADIR ?

Le pôle de compétitivité Agadir Haliopôle Cluster a lancé un laboratoire d’analyse d’autocontrôle d’histamine. Ce nouveau service destiné aux armateurs, marins pêcheurs, mareyeurs et industriels permettra de mesurer la teneur d’histamine.

Désormais, il est possible d’évaluer en temps réel la fraîcheur de la matière première au débarquement. Le pôle de compétitivité Agadir Haliopôle Cluster en partenariat avec l’ Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) ont lancé un laboratoire d’analyse d’autocontrôle d’histamine baptisé «Haliolab» au niveau de l’ancien port de pêche d’Agadir, à proximité du Comptoir d’agréage de poisson industriel (CAPI). Ce nouveau service destiné aux armateurs, marins pêcheurs, mareyeurs et entreprises du secteur halieutique permettra à ces acteurs de mesurer la teneur d’histamine. Par conséquent, ils peuvent aussi améliorer les conditions de conservation à bord des bateaux et éviter que leurs débarquements finissent en farine de poisson.

Aujourd’hui, malgré que la qualité et le prix du poisson aient été améliorés après la généralisation des contenants normalisés et la multiplication de fabriques de glaces, toutefois, le problème de l’histamine continue toujours d’enregistrer des réclamations de la part des industriels et armateurs. C’est pourquoi, les industriels procèdent au contrôle de cette substance à risque pour les consommateurs dès la réception de la marchandise à l’entrée de leurs usines.

«L’autocontrôle au sein de laboratoire d’analyse d’histamine est volontaire, mais il n’est pas gratuit» souligne Mohamed Bouayad, président du pôle de compétitivité Agadir Haliopole cluster (AHP) lors du lancement de ce service.

Le prix de l’analyse nécessitant seulement 2 minutes a été fixé à 100 DH, donc moins cher par rapport aux laboratoires privés agrées. À l’issue de l’analyse, un rapport est délivré à condition de respecter le plan d’échantillonnage. Mais malgré que ce certificat ne revête pas un caractère officiel, il permet un gain de temps pour les acteurs de la chaine puisque les autres analyses nécessitent plus de temps. « Si la demande évolue, une autre machine sera acquise pour renforcer la capacité de traitement du laboratoire qui peut actuellement assurer 30 analyses par heure», ajoute Mohamed Bouayad.

Financé grâce à un appui du ministère de commerce, cette technique assurée par un fournisseur de services espagnol apporte aussi une caution de qualité et de sécurité puisque ce dispositif contribuera également à assurer la traçabilité du produit. Le rapport d’analyse contient aussi les références nécessaires, notamment les données afférentes à la nature de l’échantillon, l’identification du lot, l’état à la réception et d’autres paramètres. Par ailleurs, ces analyses peuvent également couvrir les débarquements issus des provinces de sud. Pour le circuit obligatoire surtout pour les entreprises exportatrices, elles doivent se soumettre au règlement européen CE N° 2073/2005 concernant les critères microbiologiques qui fixe les limites des concentrations en histamine à ne pas dépasser dans les produits de la pêche, sous peine de présenter un risque important pour la santé du consommateur. La teneur moyenne ne doit pas dépasser 100 mg/kg. Pour la mesurer, le texte recommande aux laboratoires et industriels d’utiliser une méthode de référence pour la recherche de l’histamine qui est la HPLC (Chromatographie Liquide Haute Performance) et le prélèvement doit être constitué de 9 échantillons ou unités du même lot.

Source: Journal LesEco, Écrit par Yassine SABER, 

 SYMODD, Agence de production digitale à Agadir - Maroc
Tous droits réservés. © Centre Régional d'Investissement Souss Massa